Office de Tourisme*** de Port-de-Bouc

Découvrir / Discover

Une presqu’île s’avance dans la mer, jusqu’à toucher le Fort de Bouc. Autour, une mer bleue où se croisent jusqu’à s’apprécier les chalutiers, les barques, les vedettes, les voiliers, et même les plus géants d’entre tous les bateaux, les tankers.

Entre la jetée et le Fort de Bouc, le pêcheur côtoie le marin venu du bout du monde, un salut de la main, un geste d’hospitalité.

Par la mer on découvre d’abord les rivages, plages de galets, plages de sable, puis le Port de Plaisance, sur les rives du centre ville et son nouveau cœur bâti sur le site des anciens chantiers navals.

En poussant la promenade un peu plus loin, en longeant le canal d’Arles à Bouc, porte ouverte sur la Camargue, nous voici sur l’artère préférée des gens d’ici, le cours Landrivon. Il est à lui tout seul l’âme des Port de Boucains, une grande allée de platanes qui conserve toute la mémoire de la cité. En pénétrant dans la ville, anciens quartiers et constructions plus récentes sans démesures, parsemés de nombreux espaces verts font bon ménage. La balade peut continuer ainsi jusqu’aux collines, jusqu’à la forêt domaniale de Castillon. Un havre de paix, où de larges pins parasols abritent les cigales, où les étangs voient la cohabitation des canards et des flamands roses. Le bleu de la mer a rejoint le vert des collines.

************************************************************************************************************************

A peninsula just out into the sea, close to Fort de Bouc. Towards the blue sea there are crossings of fishing boats, small boats, sailboats, and even the most giant of all vessels, the tankers.

Between the port and the Fort de Bouc, the fisherman alongside the sailor from the far end of the world, show a salute of hand, a gesture of hospitality.

From the sea one can view the shores, pebble beaches, sandy beaches and Port de Plaisance, the banks of the city and its new heart built on the site of the former shipyard.

Walking a bit further along the canal of d’Arles à Bouc that leads to Camargue, you will find the favorite place of the locals, cours de Landrivon. It is by itself the soul of Port de Boucains, a large line of trees which preserves the memory of the city. On entering the city, old neighborhoods and more recent constructions without excess, dotted with green spaces go well together. The walk can continue up to the hills, until the forest of Castillon. A haven of peace, where large pines trees shelter cicadas, where ponds see the co-existence of ducks and pink flamingos. The blue of the sea blends with the green of the hills.